English English

Pavillon A.T.M.
1, allée de Verdun - 04200 Sisteron
Tél. 04 92 61 06 00
Fax 04 92 61 29 54


Citadelle
Tél. 04 92 61 27 57

Mentions légales

Textes E. Robert

L’exposition « Vauban et ses prédécesseurs »

Photo de l’exposition « Vauban et ses prédécesseurs »

Cette exposition, conçue par les historiens Christian Corvisier et Isabelle Wermoes, offre un passionnant voyage dans la fortification au XVIe et XVIIe s. En dix-sept panneaux thématiques, elle évoque le personnage de Vauban et son génie militaire à la lumière des œuvres de ses prédécesseurs. On y découvre, pour la première fois présentés, les plans du projet conçu par Vauban pour la Citadelle de Sisteron et l’enceinte de ville, considérée comme partie intégrante de la place-forte. Un livret-jeu, offert aux enfants, leur permet de parcourir l’exposition d’une manière plus ludique.

Le cachot de Jean Casimir de Pologne

 

Photo du cachot de Jean Casimir de Pologne

Étonnant destin que celui de ce jeune prince polonais, enfermé ici sur ordre de Richelieu, du 23 février au 16 août 1639. Devenu roi de Pologne, il abdiquera et reviendra en France où il finira sa vie dans un cloître, à Nevers..

Exposition de véhicules hippomobiles

Photo de l’exposition de véhicules hippomobiles

Charrette fourragère, jardinière, tombereau, calèche et tilbury, sans oublier la voiture à âne, cette exposition présente quelques uns des véhicules en usage pour les travaux des champs ou les déplacements sur les routes de nos campagnes au début du siècle dernier. Une joyeuse découverte pour les enfants.

Le film « Citadelle ! navire des Hommes... »

« Citadelle, je t’ai bâtie comme un navire, je t’ai clouée, gréée puis lâchée dans le temps qui n’est plus qu’un vent favorable. Citadelle, navire des hommes, sans lequel ils manqueraient l’éternité », écrivait Antoine de Saint-Exupéry. Avec ce film magnifique, réalisé par André Roman et Michel Jacob, 25 minutes s’offrent à l’imaginaire du visiteur. Tel un navire de pierre posé sur des vagues pétrifiées, la Citadelle nous invite, par la voix de Jean-Claude Brialy, à traverser les siècles et à voguer dans l’éternité. Maria Casarès, Yehudi Menuhin, Patrick Dupond évoquent les prestigieuses Nuits de la Citadelle, tandis que Gérard Philippe monte les marches du fantastique escalier souterrain.

Marino di Teana (1920-2012)

Forgeron de l’espace

Du 8 juillet au 30 septembre 2017, vingt peintures et sculptures monumentales de Marino di Teana se déploieront dans la Citadelle en parfaite communion avec le hiératisme et l’altière beauté du monument.

Un poète, un philosophe de l’espace, a-t-on dit. Un forgeron, un artisan qui fait bien son métier, comme il aimait à se qualifier lui-même. Marino di Teana est sans doute tout cela mais il est surtout et avant tout un immense artiste, dont les recherches théoriques et formelles auront marqué le XXe siècle.

Avec lui, la sculpture se fait architecture, l’acier donne vie à l’espace, la matière devient esprit et l’œuvre d’art un élan mystique. L’austérité y est impérieuse. La sobriété des formes, la pureté des lignes s’épousent en un ordre géométrique laissant la lumière animer les espaces.


Cinq ans après sa disparition, son œuvre n’a rien perdu de son originalité. Elle continue à nous émerveiller et à nous émouvoir. « Moi, je veux m’arracher des formes et les donner aux autres » disait-il, l’humilité de l’homme rejoignant ici la fierté du créateur.

Le musée

Photo du musée

Deux salles présentent dessins, gravures, lithos et photographies, rassemblées par Pierre Colomb, évoquant la Citadelle à travers les âges et les personnages qui l’ont marquée. On y voit aussi le poids de l’ancienne horloge, mise en place au sommet du Donjon en 1402, de même que l’une des bombes américaines qui ont dévasté Sisteron et sa Citadelle en août 1944. Dans la première salle, d’admirables croquis du Père de Martelange, architecte des Bâtiments de l’ordre des Jésuites, venu à Sisteron en 1604-05, donnent de la Citadelle et de l’enceinte de ville des vues d’une précision quasi photographique.
Des portraits nous rappellent que Marguerite de Provence, épouse de Saint-Louis, l’une des quatre reines, fit à Sisteron de nombreux séjours. François Ier, vainqueur de Marignan, retrouva ici son épouse, la reine Claude, sa mère Louise de Savoie et sa sœur la duchesse d’Alençon, venues à sa rencontre. Le duc de Lesdiguières y fit ses premières armes lors du siège de la place par les catholiques en 1562. Le Prince Jean-Casimir Vasa, futur roi de Pologne, y fût emprisonné par Richelieu en 1639. Vauban y vint à l’hiver 1692 et conçut pour elle un ambitieux projet. Louis-Philippe et Napoléon III lui ont donné sa physionomie actuelle, en lui apportant les modifications rendues nécessaires par les progrès de l’artillerie.
La deuxième salle est entièrement consacrée au passage de Napoléon au retour de l’île d’Elbe. Jour après jour, heure par heure, la triomphale épopée nous est contée, depuis le débarquement à Golfe-Juan, le 1er mars 1815, jusqu’à l’arrivée à Lyon, le 10 mars. La Provence, royaliste, est hostile à l’empereur et la Citadelle de Sisteron est forte de ses 23 canons. Tout peut s’arrêter là et pourtant , au matin du 5 mars, la Citadelle est sans poudre, Cambronne et ses 40 grenadiers occupent la ville, l’empereur peut y entrer..."

Une vidéo FRance3 Rhône-Alpes - Chronique d'en haut